« Quel que soit le café de Montparnasse où vous demandiez à un chauffeur
de la rive droite de vous conduire, il vous conduira toujours à la Rotonde »
.


Ernest Hemingway, in Le Soleil se lève aussi.

 

A l’origine, petit bistrot ouvrier ouvert en 1903,
La Rotonde est rachetée en 1911 par le cafetier auvergnat Victor Libion
qui l’agrandit de deux boutiques voisines, lui permettant d’ouvrir une seconde salle et d’offrir une immense terrasse au Sud.



La bonhommie, la gentillesse et la générosité de Libion ont su créer une atmosphère si conviviale qu’en peu de temps, La Rotonde devient le plus célèbre café littéraire et artistique de Paris.

 
Au début du XXe siècle, quittant les petites rues escarpées et difficiles d’accès
de Montmartre, les artistes séduits par les grandes avenues, les cafés bondés
et surtout par les locaux peu chers d’un quartier encore en friche,
installent leurs ateliers à Montparnasse. La Ruche, le Bateau-Lavoir
et les Académies de la Grande Chaumière, Colarossi, etc., regroupent
des peintres et sculpteurs qui resteront dans l’histoire.
 

Le nom de Mont Parnasse était prédestiné...
Ce sont les étudiants du quartier latin qui, ayant pris l’habitude de venir se promener
et de déclamer des vers sur une butte artificielle (formée de gravats et de remblais du XVIIe siècle),
lui ont donné avec humour le nom du Mont Parnasse, la montagne sacrée des Grecs,
résidence des neuf muses.

Haut lieu de passage et de brassage culturel. les écrivains poètes Appolinaire,
Max Jacob, Cocteau, etc., ont écrit de belles pages sur ses tables.
Dans l’ambiance festive de La Rotonde, se retrouvent les peintres Picasso, Vlaminck,
Braque, Léger, Chirico, etc., et de nombreux artistes d’exilés de l'est comme Chagall,
Jacques Lipchitz, Ossip Zadkine, Chaim Soutine, etc.

Modigliani, Prince de Montparnasse, grand habitué des lieux, propose aux clients de faire leur portrait
pour « cent sous » et les soirs de fête, déclame debout sur les tables des extraits des Chants de Maldoror
de Lautréamont ou des vers de l’Enfer de Dante.

 

Sur la très grande terrasse ensoleillée se mêlent habitants du quartier, intellectuels,
poètes et hommes politiques de tous pays (Lénine, qui prépare la révolution russe,
venait y déguster du bœuf gros sel).

La réputation de La Rotonde a franchi les frontières...
Quand Charlie Chaplin arrive à Paris en 1921, sa première visite est pour La Rotonde
où il est ovationné par les clients.

Après Libion, en 1924, un autre patron, Brossay, soutient La Horde, un groupement excentrique d’artistes qui organise un « Marché au navets » sur les trottoirs devant La Rotonde.

Dans l’entre-deux-guerres, ce sont les écrivains français : André Breton, Louis Aragon, Jacques Prévert, Raymond Queneau et Américains : Ernest Hemingway, Henry Miller,
Scott Fitzgerald et George Gershwin (qui prépare
"Un Américain à Paris")
qui feront la gloire du lieu.

La Rotonde n’a cessé d’être dessinée et peinte par les artistes : Picasso,
Ortiz de Zarate, Romanin (Jean Moulin)



La Rotonde continue de s’inscrire dans l’histoire : en octobre 2011, François Hollande y célébrera
son succès aux primaires de la gauche et, en avril 2017, Emmanuel Macron fêtera sa victoire
au premier tour de la présidentielle.



Reprise en 1997 par Gérard et Serge Tafanel, rénovée en 2012, banquettes rouges
et Modigliani en majesté, la Rotonde continue de perpétuer sa légende.